Notre partenaire

Depuis le millésime 2018

EDEIS

L’ALLIÉ DES TERRITOIRES

Le métier d’Edeis ? L’ingénierie des transports. Autrement dit, l’expertise reconnue pour tout ce qui concerne les transports urbains et interurbains, les routes et autoroutes, la gestion intelligente de la ville et de ses espaces, des aéroports, des ports et des marinas… Pour un peu, nous croirions entendre Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, présenter un parcours idéal, à la fois traditionnel et moderne ! Mais la vérité est que le Groupe Edeis ne vise pas à tracer un nouveau Tour de France. Son propos, son défi ? Être et continuer d’être, selon sa devise, « l’allié des territoires ».

Parallèlement, le Groupe Edeis est devenu « l’allié du Prix Jacques-Goddet » qui récompense chaque année le meilleur article de presse écrit en langue française sur le Tour de France. Une sorte de résonance, évidemment, vis-à-vis d’une course mythique sillonnant l’ensemble du territoire. Mais, plus sûrement, un coup de cœur que seule la personnalité de Jean-Luc Schnoebelen, président d’Edeis, peut expliquer. Aussi l’histoire du Prix Jacques-Goddet dira-t-elle un jour ce qu’elle doit à un homme dont les journaux nous apprennent qu’il est sorti diplômé de l’École supérieure des géomètres et topographes de Nancy puis qu’il a commencé une longue carrière dans l’ingénierie. L’un de ses coups de maître ? Avoir parié dès 1986 sur la domotique. Puis avoir créé et développé Ginger Groupe, lequel deviendrait la première entreprise privée d’ingénierie d’équipements et d’infrastructures en France. Et ce fut, à partir de 2016, la création d’Edeis. Une énième aventure.

Nous ne voudrions pas oublier que Jean-Luc Schnoebelen, pratiquant assidu de l’arnis koredas (art martial coréen), est un passionné de sports qui avoue une préférence pour le football, le handball et l’équitation. On pourrait l’imaginer novice en matière de cyclisme — mais il s’avère qu’il a vu passer plusieurs fois, dans son enfance, le peloton du Tour de France… Souvenirs forcément impérissables, dont il a choisi de retrouver le parfum en glissant dans son emploi du temps le dossier d’articles du Prix Jacques-Goddet. C’est un amateur d’art et un redoutable lecteur, formé au style par les romans de Georges Simenon.

Millésimes 2008 à 2017

CARREFOUR

Lorsque que le groupe Carrefour a repris le parrainage financier du Prix Jacques-Goddet en 2008, chacun savait, sur les routes du Tour de France, de quel groupe il s’agissait : le numéro 2 mondial de la distribution, le premier employeur privé de France et le partenaire du maillot blanc à pois rouge signalant le meilleur grimpeur. S’y ajoute donc, à partir de 2008, le soutien fidèle au Prix Jacques-Goddet insufflé par Gérard Castrie, directeur marketing et communication du groupe Carrefour France, immédiatement conquis par l’esprit du Prix Jacques-Goddet. « Une organisation de très grande qualité, expliquera-t-il en 2010, en renouvelant le contrat de partenariat. Elle nous permet de mener une action d’image auprès de la presse et de la francophonie. Elle nous permet aussi de nous rencontrer une fois l’an et, dans un cadre privilégié, d’écouter, d’échanger et de faire passer des messages. »

Après le départ en retraite de Gérard Castrie, Frédéric Ebling, directeur des affaires publiques du groupe Carrefour France, Éric Marchyllie, responsable sponsoring de Carrefour France, Philippe Thobie, directeur exécutif communication du groupe Carrefour France, puis Anna Jaegy, directrice des relations externes du groupe Carrefour France, viendront représenter le partenaire au sein du jury. Cette parfaite collaboration de dix années s’est arrêtée le 17 juillet 2018 lorsque Anna Jaegy remit à Jean-Luc Chabaud le 14e Prix Jacques-Goddet (millésimé 2017). C’était aussi le terme annoncé, après vingt-cinq ans de fidélité, du long et beau partenariat qui a uni le distributeur français et le maillot blanc à pois rouges du meilleur grimpeur.

Millésimes 2004 à 2007

LCL-LE CRÉDIT LYONNAIS

Dès sa création, en 2004, le Prix Jacques-Goddet reçoit le soutien financier du Crédit Lyonnais, la grande banque française qui parraine, depuis 1987, le maillot jaune du Tour de France. Un soutien résolu que les responsables de la communication du groupe bancaire engagent pour compléter les différentes actions qui lient la banque à l’Union syndicale des journalistes sportifs de France. Avec le Prix Jacques-Goddet, ils y ajoutent le credo inhérent de la francophonie puisqu’il entre dans la création même du Prix l’idée de faire rayonner la langue française sur les cinq continents — de la faire rayonner grâce aux chantres qui, d’étape en étape, racontent le Tour de France à des millions de lecteurs.

En 2004, le Prix Jacques-Goddet porte le nom de « Trophée Crédit Lyonnais ». En 2005 et 2006, il est renommé « Trophée LCL-Le Crédit Lyonnais » avant de devenir « Trophée LCL » en 2007. Grégory Delbaere, Daniel Isaac, Sophie Moressée-Pichot, Anne Broches et Jean-Philippe Noiville ont tour à tour représenté la banque française à la table du jury tandis que Jacques Baudoin, directeur-général délégué de LCL-Le Crédit Lyonnais, a remis le 2e Prix Jacques-Goddet à Paris.